Les personnes ayant recours à la reproduction assistée sont bien plus nombreuses que nous ne le pensons. Les problèmes de fertilité affectent en effet de plus en plus de couples (plus de 15% en Europe), et il y a également de plus en plus de femmes célibataires ou de couples de femmes ayant recours à la reproduction assistée pour fonder une famille.

Mais alors, nous direz-vous, où sont ces personnes, puisque je n’en connais pas une seule? S’il y a tant de femmes dans ma situation, pourquoi est-ce je me sens si seule? Le fait est que, malgré les progrès de la médecine et les avancées sociales, la reproduction assistée est encore aujourd’hui un tabou, et les personnes affectées vivent leur « infertilité » en silence.

C’est pour cette raison que nous avons recueilli les expériences de plusieurs « anciennes » de la production assistée, afin de créer un mini guide offrant des conseils pratiques pour chaque étape. Car qui est plus à même de vous guider dans cette situation que quelqu’un qui l’a a vécue et surmontée? 

Image

GUIDE PRATIQUE DE LA REPRODUCTION ASSISTÉE, ÉTAPE PAR ÉTAPE 

Au cours d’un processus de reproduction assistée, chaque étape apporte son lot d’émotions fortes, de bonnes nouvelles comme de mauvaises nouvelles, de joie et d’espoir comme de déception et de désespoir. A chaque étape, il nous faut nous battre pour continuer à avancer, pour continuer à croire en notre rêve. Pendant cette bataille, précieux sont les conseils de femmes qui ont vécu la même chose, guerrières inépuisables qui ont fini par réaliser le rêve.

ÉTAPE 1

SE PRÉPARER AU PROCESSUS

Dans la plupart des cas, lorsque l’on décide de recourir à la reproduction assistée cela fait déjà plusieurs mois, voire plusieurs années, que l’on essaie d’avoir un enfant. Mais cette « infertilité » est une réalité nouvelle, que l’on ressent pour beaucoup comme un choc très violent – à un moment où l’on se sent déjà fragilisés et fatigués par des mois ou des années de vains essais, de pertes et de désillusions.

Pour d’autres personnes, femmes célibataires ou couples de femmes par exemple, le fait d’entamer un processus de reproduction assistée est le fruit d’une réflexion longue et difficile.

Qu’il s’agisse d’insémination artificielle ou de fécondation in vitro, et quelle que soit la raison pour laquelle on y a recours, un processus de reproduction assistée est en général long, et souvent très douloureux. Chaque jour notre patience et notre optimisme sont mis à l’épreuve. Nous passons par des « montagnes russes émotionnelles » qui peuvent être parfois déconcertantes, à cause des hormones peut-être, mais aussi et surtout à cause de la peur, de la tristesse, de l’insécurité, du manque de contrôle, etc – émotions propres à ce type de processus.

Il est donc vital d’affronter cette bataille en étant le plus détendue possible et armée d’un maximum de force, de confiance et de volonté. Et pour cela, il est fondamental de bien s’y préparer.

Image

Je me souviens du jour où j’ai appris qu’on ne pourrait pas avoir de bébé naturellement. Je n’arrivais pas à y croire, j’étais désespérée et, surtout, très en colère. J’ai voulu commencer les traitements tout de suite, sans attendre, mais les sentiments négatifs étaient si étouffants que j’ai vécu chaque étape du processus comme un enfer. J’avais régulièrement des crises d’angoisses; je ne pouvais m’empêcher d’être jalouse des amies qui m’annonçaient leur grossesse et cela me faisait me sentir terriblement coupable. La première FIV a été un échec, et je me suis sentie toucher le fond.

Image

OBJECTIFS POUR CETTE ÉTAPE:

1/ ACCEPTER LA SITUATION, AUSSI DURE SOIT-ELLE :

« Il est important de faire le deuil de nos attentes initiales et de l’image que nous avions de nous-mêmes comme personnes fertiles. Ce n’est qu’en acceptant nos limites que l’on peut accepter les alternatives qui s’offrent à nous. »- Rossana Marenzi, psychologue experte en “infertilité ».

2/ SE PRÉPARER AU PROCESSUS, PSYCHOLOGIQUEMENT ET PHYSIQUEMENT

Image

RECOMMENDATIONS :

RIEN NE SERT DE COURIR

Commencez les traitements seulement lorsque vous vous en sentez vraiment prête.

Nous savons que vous êtes pressée, nous l’étions aussi. Vous souhaitez commencer les traitements au plus vite, pour revenir au cœur de l’action et retrouver une certaine sensation de contrôle – en définitive, pour recommencer à espérer.

Mais il est important, pour affronter ce processus, d’être armée de force et de confiance. Vous n’êtes plus à un ou deux mois près, et une bonne préparation peut tout changer : votre manière de vivre le processus ainsi que le résultat final.

NE NIEZ PAS VOS ÉMOTIONS 

Identifiez-les, reconnaissez-les, observez-les.

Stress, anxiété, peur, tristesse, jalousie, colère, rejet, sentiment d’injustice, impuissance, dépression, honte… TOUTES ces émotions sont normales et tout simplement humaines. Nous les avons toutes ressenties à un moment ou à un autre : il n’y a aucune honte à avoir. Il est important de les accepter pour apprendre à les gérer.

RECHERCHEZ L’EXPÉRIENCE

Essayez d’échanger avec des personnes qui vivent (ou ont vécu) la même chose que vous. Elles vous comprendront mieux que quiconque et pourront vous aider à assimiler, à relativiser et à assumer ces émotions.

She Oak peut vous aider à rencontrer des gens dans la même situation.

PARLEZ-EN

Si vous le pouvez, ouvrez-vous à des amis, à un membre de votre famille – ou même à quelqu’un de beaucoup moins proche mais en qui vous avez confiance (cela peut être une collègue, la mère d’un amie, l’amie d’une amie, etc.) Extérioriser vos peines et vos doutes vous aidera à les affronter.

Si vous êtes en couple, partagez ce que vous ressentez. Il est très important d’affronter cette situation ensemble, à deux, en vous soutenant mutuellement – et cela passe avant tout par une bonne communication.

DEMANDEZ L’AIDE DE PROFESSIONNELS

Si vous en ressentez le besoin, l’aide d’un coach ou d’un psychologue peut vous être d’une grande utilité avant, pendant et après les traitements.

She Oak peut également vous aider à trouver la personne qui vous conviendra le mieux.

PRÉPAREZ-VOUS PHYSIQUEMENT

De même que vous devez vous préparer psychologiquement à affronter les traitements avec force et sérénité, il est important que vous prépariez votre corps aux traitements et, peut-être, à accueillir une nouvelle vie. Il n’y a pas de recette miracle, car chaque personne est différente. Voici donc quelques suggestions :

. Adoptez une bonne hygiène de vie pour vous maintenir en forme : alimentation saine et équilibrée, etc.

. Faites de l’exercice physique. Lors de cette phase de préparation, il n’y a pas encore de contre-indications, profitez-en ! Natation, yoga, jogging, etc. Le sport n’est pas seulement bon pour votre santé : il est également bon pour le moral puisqu’il stimule la sécrétion d’endorphines.

. Faites des exercices de relaxation et de respiration : ils vous aideront à détendre corps et esprit, et vous seront très utiles pour gérer les moments de crise et de stress intense.

. Marchez à l’air libre 30 minutes par jour (si possible avant midi): la combinaison d’exercice physique et de lumière naturelle est un antidote naturel contre les coups de blues.

. Chouchoutez-vous: massages relaxants, SPA entre amies, un peu de chocolat de temps en temps et sans excès… Tout est bon, profitez-en!

. De nombreuses études démontrent l´efficacité des thérapies naturelles dans l’amélioration de la fertilité et la diminution du stress : trouvez ce qui marche pour vous ! L’acupuncture aide à combattre le stress et à préparer le corps et l’utérus aux traitements et à la future implantation de l’embryon. Mais certains lui préféreront peut-être la phytothérapie, l’ostéopathie, etc.

Quoi que vous choisissiez et quelle que soit votre situation, n’hésitez à nous contacter.

Nous serons heureux de vous aider à définir et à implémenter la stratégie qui vous conviendra le mieux !

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.