GUIDE PRATIQUE DE LA REPRODUCTION ASSISTÉE, ÉTAPE PAR ÉTAPE 

Au cours d’un processus de reproduction assistée, chaque étape apporte son lot d’émotions fortes, de bonnes nouvelles comme de mauvaises nouvelles, de joie et d’espoir comme de déception et de désespoir. A chaque étape, il nous faut nous battre pour continuer à avancer, pour continuer à croire en notre rêve. Pendant cette bataille, précieux sont les conseils de femmes qui ont vécu la même chose, guerrières inépuisables qui ont fini par réaliser le rêve.

 

ETAPE 5

LA PHASE DE CULTURE ET LE TRANSFERT D’EMBRYON

En cas de FIV, le transfert d’embryons se fait au bout de 3 ou 5 jours, selon les cas. Après la ponction viennent donc 3 à 5 jours d’attente, pendant lesquels tout se déroule en laboratoire (et non plus dans votre corps).

Il est possible cependant que les médecins décident de congeler les embryons à la fin de cette phase de « culture », et de réaliser le transfert lors d’un cycle suivant – dans ce cas-là, l’attente est plus longue encore.

Pendant ces quelques jours la charge émotionnelle est très forte, et les hauts et les bas très présents :

Premièrement, parce que vous arrivez à la fin du processus : vous avez derrière vous des semaines de stimulation hormonale et d’émotions fortes (qui s’ajoutent à des mois, ou des années de doutes et de déceptions), et il est courant de ressentir à la fois de l’épuisement, de l’excitation, de l’impatience – et bien d’autres émotions parfois contradictoires.

Deuxièmement, parce que pendant ces quelques jours d’attente le processus ne dépend pas de vous : tout est entre les mains des biologistes, et cela peut être frustrant et stressant pour certaines.

Troisièmement, parce que chaque jour est porteur de nouvelles et que cela peut être très stressant et déstabilisant :

– juste après la ponction, on vous annoncera le nombre d’ovocytes obtenus ;

– le jour suivant, vous saurez le nombre d’embryons fécondés. Il est probable qu’il y ait un taux de « perte » et que tous les ovocytes n’aient pas pu être fécondés : mieux vaut y être préparée ;

– les jours suivants, la clinique vous appellera certainement pour vous dire comment les embryons se développent. Une fois de plus, il faut savoir qu’il peut y avoir des « pertes » : tous les embryons peuvent ne pas se développer correctement. Il est également possible que les médecins vous aient conseillé de faire le Diagnostic Génétique Préimplantatoire (pour éviter de transférer des embryons présentant des malformations, et sélectionner ceux qui sont le plus susceptibles de mener à une grossesse à terme) ;

– finalement, le jour du transfert, vous saurez enfin combien d’embryons peuvent être transférés et leur  » qualité « . Cette « qualité » désigne uniquement leur capacité à aboutir à une grossesse, absolument pas la « qualité » ou la santé de l’enfant à naître. Elle est évaluée principalement en fonction de leur division cellulaire et de leur morphologie, et désignée par une notation (selon les cliniques, de 1 à 10, de A à E, etc.)

Enfin, le transfert d’embryons lui-même est un moment très chargé émotionnellement, où peuvent se mêler excitation, doutes et peurs diverses.  

CULTURE-ET-TRANSFERT-EMBRYONSOBJETIFS PENDANT CETTE ÉTAPE :

 

1/ GERER LE STRESS AINSI QUE LES HAUTS ET LES BAS DE CETTE PERIODE D’ATTENTE

2/ SE REPOSER ET SE PREPARER POUR LE TRANSFERT, DE MANIERE SEREINE.  

 

 

 

RECOMMANDATIONS :

 NE VOUS RACCROCHEZ TROP PAS AUX CHIFFRES

Ni dans un sens, ni dans l’autre. Il est possible, par exemple, que vous soyez déçue par le nombre d’ovocytes recueillis mais que le jour suivant on vous annonce un excellent taux de fécondation – ou inversement.

Il est normal que ces informations « intermédiaires » vous affectent car ce sont les seules dont vous disposez. Mais protégez-vous et essayez de relativiser : il est normal que le nombre d’embryons diminue d‘un jour à l’autre, mais AUCUNE INFORMATION N’EST DÉFINITIVE JUSQU’AU JOUR DU TRANSFERT. C’est là seulement que vous saurez vraiment à quoi vous en tenir.

Nous le savons : c’est bien plus facile à dire qu’à faire, mais de savoir tout ça aide un peu, non ?

D’autre part, soyez consciente que le plus important n’est pas tant la quantité mais la qualité. Bien sûr, vous serez plus tranquille si vous avez plusieurs embryons, mais un embryon de bonne qualité a plus de chances de générer une grossesse « saine » que 2 embryons de mauvaise qualité. La plupart des cliniques aujourd’hui ne transfèrent d’ailleurs qu’un seul embryon, car ils ont de plus en plus de mécanismes pour choisir l’embryon le plus susceptible de conduire à une grossesse. À bien y réfléchir, il n’en suffit que d’un !

« Pour ma 3e FIV, j’étais très nerveuse et déprimée parce que j’avais moins d’ovocytes que lors des 2 FIV précédentes. La ponction a confirmé ces résultats, avec seulement 5 ovocytes prélevés. Les quelques jours entre la ponction et le transfert ont été très durs, ce numéro baissait chaque jour et se réduisit au final à 2 embryons. J’étais persuadée que ça ne marcherait pas. Et pourtant, le jour du transfert, les médecins nous ont rassuré en nous disant que les embryons étaient tous les deux d’excellente qualité, bien meilleure d’ailleurs que pendant les 2 FIV précédentes. Deux semaines plus tard le test de grossesse s’est avéré positif.”

 

FAITES DES EXERCICES DE RELAXATION

Nous en avons déjà parlé : apprendre à se détendre peut-être un élément clé pour mieux vivre le processus. Il est normal que vous soyez nerveuse ou stressée, mais avec quelques exercices basiques de relaxation vous pouvez apprendre à vous détendre pour mieux gérer ce stress.

Entraînez-vous pendant ces quelques jours d’attente, et faites au moins un exercice de relaxation chaque jour.

Nos exercices en cliquant ici !

Le jour du transfert, prenez le temps de faire un exercice de relaxation profonde le matin avant de sortir de chez vous. Puis juste avant le transfert, répétez le même exercice, ou optez pour un exercice plus rapide de respiration, juste avant le transfert.

En cas de gros stress, certaines cliniques peuvent vous donner un tranquillisant au moment du transfert.

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS : L’EMBRYON NE PEUT PAS TOMBER !

Beaucoup de femmes sont terrorisées à l’idée d’aller aux toilettes juste après le transfert. Mais ne vous inquiétez pas, il est totalement impossible de perdre l’embryon de cette manière !

Comme nous l’expliquait le Dr Dosouto * dans notre post sur Les mythes de la reproduction assistée :

C’est une question physiologique : l’embryon ne peut tout simplement pas tomber. L’utérus est une cavité virtuelle, dont les parois sont unies entre elles, comme collées l’une à l’autre – un peu comme un ballon que l’on aspire pour le vider de son air. L’embryon est placé dans la partie supérieure de l’utérus, et il est absolument impossible qu’il en tombe tout seul. “

APRES LE TRANSFERT, MENEZ UNE VIE NORMALE

Le transfert est une intervention simple et rapide, qui ne nécessite aucune anesthésie. Vous vous reposerez environ 30 minutes à la clinique juste après le transfert, mais ensuite vous pourrez rentrer chez vous (ou à votre hôtel si vous venez de plus loin) et vivre absolument normalement, sans excès. Il n’est pas nécessaire de se reposer ou de rester allongée : le Dr Dosouto souligne même que « La position verticale, debout, est meilleure physiologiquement parlant, car l’utérus se retrouve en flexion et, de fait, moins aligné avec le col de l’utérus. L’utérus est donc mieux quand il est en mouvement : il vaut mieux être en mouvement mais détendue, qu’allongée mais stressée »

Tout ceci bien sûr dans la limite du raisonnable, en excluant les activités et les sports extrêmes !

ORGANISEZ DES SÉANCES D’ACUPUNCTURE LE JOUR DU TRANSFERT

De nombreuses études montrent l’efficacité de l’acupuncture en complément des traitements de reproduction assistée. Vous pouvez (et c’est même recommandé) commencer des sessions régulières d’acupuncture quelques mois avant le début du traitement. Mais, même si ce n’est pas le cas, nous recommandons au minimum 2 séances le jour du transfert : une session 1 heure avant, et une autre session 1 ou 2 heures après. L’augmentation du flux sanguin prépare l’utérus et favorise l’implantation des embryons. L’acupuncture a également un effet relaxant, et contribue ainsi à réduire le stress.

POSEZ TOUTES VOS QUESTIONS A VOTRE MÉDECIN

Votre médecin, ainsi que les infirmières, sont les personnes les plus à même de répondre à vos doutes – et c’est leur travail ! N’ayez pas peur d’insister : s’il y a quelque chose que vous n’avez pas compris ou qui n’est pas clair, demandez-le, 10 fois même s’il le faut ! Ne gardez aucune question pour vous : vous serez beaucoup plus calme, sereine et positive.

Courage, chaque jour vous rapproche un peu plus de votre objectif !

 

N’hésitez pas à nous contacter,

Nous sommes là pour vous aider.

 

* Gynécologue spécialisé en procréation assistée chez Dexeus Mujer

GUIDE PRATIQUE DE LA REPRODUCTION ASSISTÉE – ÉTAPE 5: LE TRANSFERT EMBRYONNAIRE
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.